presentation LD
ÉTUDES EXÉGÉTIQUES EN VUE DE LA PRÉDICATION

Revue trimestrielle issue de la tradition réformée, Lire et Dire se veut ouverte à une pluralité de sensibilités théologiques.

Lire et Dire vous accompagne de l'étude des textes bibliques à l'élaboration de la prédication. Elle offre aux personnes chargées de prêcher une série d'études exégétiques conçues pour alimenter la prédication et stimuler l'imagination homilétique.

numéro 141
Le numéro 141 vient de paraître

Ce numéro fait le pari de mettre en relation quatre textes bibliques et ce que l’on
peut qualifier globalement d’œuvres d’art : tableaux, nouvelle, chanson, cantate.
L’idée est que, dans une interaction interprétative, textes bibliques et œuvres
d’art s’éclairent mutuellement. Ainsi la quatrième partie traditionnelle des études
de Lire et Dire intitulée « Entendre ce texte aujourd’hui » a été consacrée à la
description d’une ou plusieurs œuvres susceptibles de parler à un public actuel.

previous arrow
next arrow
Shadow
  • ACYM_PAGE_NOT_FOUND: LdGestion\FrontControllers\ArticleController
Numéro complet: 104 Année de parution: 2015
Titre du numéro: (Sans titre)
Ce numéro a été rédigé par une équipe qui a pour spécificités d’être entièrement féminine et parisienne. Florence Couprie, pasteur retraitée de l’Église réformée de France, nous fait découvrir une séquence peu connue (Nombres 27,1-11) où des sœurs viennent réclamer auprès de Moïse un héritage auquel elles n’ont pas droit d’emblée : la parcelle de terre attribuée à leur père défunt, dans le pays où le peuple va bientôt entrer. C’est l’occasion de questionner le droit à l’héritage et le statut légal des femmes, dans le peuple d’Israël. Florence Blondon, pasteur de l’Église protestante unie de France, nous emmène ensuite danser avec David, alors que l’arche de l’alliance fait son entrée triomphale à Jérusalem, après des années de déshérence (2 Samuel 6,11-23). Temps de joie et de bénédiction exprimé par une danse débridée, du plus mauvais goût aux yeux de Mikal, l’épouse de David. Et si la danse était une façon de louer Dieu et de profiter pleinement de la vie donnée? Katie Badie, responsable du Service biblique de la Fédération protestante de France, nous guide dans une épître paulinienne (Colossiens 2,20 – 3,4) qui invite à se décentrer de soi-même pour s’ouvrir à la vie en Christ. Repoussant la tentation de s’adonner à des dévotions ou à des philosophies sans lien avec l’Évangile, le croyant est fermement invité à tourner ses regards vers le Christ céleste, et à recevoir la vie véritable qui vient du Ressuscité. Enfin, Claudine (Loup) Passignat, étudiante en théologie, explore l’image de la parole de Dieu comme lait pour la croissance spirituelle du chrétien (1 Pierre 1,13 – 2,3). Le croyant apparaît comme « un étranger de passage » sur cette terre. Racheté et libéré par le sang du Christ, il vit une réalité différente qui le conduit à rechercher la sainteté vis-à-vis de Dieu, dans une veille constante. Quatre textes qui ne sont pas parmi les plus connus de la Bible, et que, nous l’espérons, vous aurez plaisir à (re)découvrir. Pour le comité : Christine Prieto
Article(s) inclus dans ce numéro:
 TexteTitreAuteur(s)
Nombres 27,1-11 Qui peut hériter, transmettre ? Florence Couprie
2 Samuel 6,11-23 Danser pour la vie Florence Blondon
Colossiens 2,20-3,4 Non aux spiritualités nombrilistes et oui à la vie en Christ Katie Badie
1 Pierre 1,13-2,3 La Parole de Dieu, lait de croissance spitrituelle Claudine Passignat
Accès restreint