presentation LD
ÉTUDES EXÉGÉTIQUES EN VUE DE LA PRÉDICATION

Revue trimestrielle issue de la tradition réformée, Lire et Dire se veut ouverte à une pluralité de sensibilités théologiques.

Lire et Dire vous accompagne de l'étude des textes bibliques à l'élaboration de la prédication. Elle offre aux personnes chargées de prêcher une série d'études exégétiques conçues pour alimenter la prédication et stimuler l'imagination homilétique.

numéro 141
Le numéro 141 vient de paraître

Ce numéro fait le pari de mettre en relation quatre textes bibliques et ce que l’on
peut qualifier globalement d’œuvres d’art : tableaux, nouvelle, chanson, cantate.
L’idée est que, dans une interaction interprétative, textes bibliques et œuvres
d’art s’éclairent mutuellement. Ainsi la quatrième partie traditionnelle des études
de Lire et Dire intitulée « Entendre ce texte aujourd’hui » a été consacrée à la
description d’une ou plusieurs œuvres susceptibles de parler à un public actuel.

previous arrow
next arrow
Shadow
  • ACYM_PAGE_NOT_FOUND: LdGestion\FrontControllers\ArticleController
Numéro complet: 67 Année de parution: 2006
Titre du numéro: (Sans titre)
NUIT - Les nuits peuvent être noires mais elles peuvent être blanches. On les dit bonnes, on les dit mauvaises. Étranges choses que les nuits, où la vie bourdonne encore et encore, en état de veille ou plongée dans le sommeil. Qu’en est-il des nuits bibliques ? Quelle empreinte la nuit a-t-elle laissée dans l’histoire de Dieu avec les hommes ? Que se passe-t-il, la nuit, dans la Bible ? A tâtons, quatre pasteurs neuchâtelois se sont aventurés dans la lecture de quelques récits nocturnes pour y découvrir promesses, violences et reniements; il s’en passe des choses, et non des moindres, au cours de ces heures sans lumière et que l’on croit parfois sans vie. La plus douce des nuits choisies est certainement celle du rêve, décrite en Genèse 28, au cours de laquelle un homme change et se découvre une identité nouvelle. Le rêve devient langage, scène sur laquelle viennent se dire la présence et la promesse de Dieu. La plus violente interroge, heurte et brise les images d’un «bon Dieu» que l’on découvre à la fois libérateur et sanglant; une nuit énigmatique qui ne prend sens qu’au prix de sa reprise incessante comme une lutte contre l’oubli. Nuit de veille, nuit cassée, c’est LA nuit de Dieu que l’on relira en Exode 12. La plus amère condense en quelques heures le mensonge, des jurons et des larmes. L’enthousiaste disciple devient, en une nuit, un bien triste renégat. Ne reste que le chant d’un coq comme grotesque point d’orgue au texte de Matthieu 26. La dernière étude quitte la narration et propose, à partir des paroles de l’apôtre en Romains 13, de penser notre monde où il fait encore nuit mais où la foi, comme le point de l’aube, se risque à croire au lendemain, pariant envers et contre tout sur l'accueil d’un jour nouveau. Nuit douce, nuit de mémoire, nuit d’abandon, nuit de passage... Nous vous souhaitons une bonne lecture... Puis, seulement après, une bonne nuit. Au nom de l’équipe, Carmen BURKHALTER.
Article(s) inclus dans ce numéro:
 TexteTitreAuteur(s)
Genèse 28,10-22 Un rêve pour se retrouver Gabriel Bader
Exode 12,29-42 Une nuit de veille, d’âge en âge Claire-Antoinette Steiner
Matthieu 26,69-75 Non, non et non !!! Carmen Burkhalter
Romains 13,11-14 Un présent éclairé par l’avenir Raoul Pagnamenta
Accès restreint